* Burn after reading

Publié le par 67-ciné.gi 2008











Burn after reading comédie de Joel Coen et Ethan Coen

undefined undefined
















avec :
George Clooney, Frances McDormand, Brad Pitt, John Malkovich, Tilda Swinton, Richard Jenkins, Elizabeth Marvel, David Rasche, JK Simmons, Olek Krupa, Michael Countryman, Kevin Sussman, JR Horne, Hamilton Clancy, Armand Schultz, Pun Bandhu, Karla Mosley, Jeffrey Demunn, Richard Poe, Carmen M. Herlihy, Raul Arañas, Judy Frank, Sandor Tecsy, Yury Tsykun, Brian O’neill, Matt Walton, Lori Hammel, Crystal Bock, Patrick Boll, Logan Kulick et Dermot Mulroney


durée : 1h35
sortie le 10 décembre 2008
 
***

Synopsis
Osborne Cox, analyste à la Cia, est convoqué à une réunion ultrasecrète au quartier général de l’Agence à Arlington, en Virginie. Malheureusement pour lui, il découvre rapidement l’objectif de cette réunion : il est renvoyé.
Cox ne prend pas très bien la nouvelle. Il rentre chez lui à Georgetown pour écrire ses mémoires et noyer ses ennuis dans l’alcool - pas nécessairement dans cet ordre. Sa femme, Katie, est consternée, mais pas vraiment surprise. Elle a une liaison avec Harry Pfarrer, un marshal fédéral marié pour qui elle décide alors de quitter Cox.
Quelque part dans une banlieue de Washington, à des années-lumière de là, Linda Litzke, employée au club de remise en forme Hardbodies Fitness, a du mal à se concentrer sur son travail. La seule chose qui l’intéresse, c’est l’opération de chirurgie esthétique d’ampleur qu’elle désire subir. Elle compte sur son collègue, Chad Feldheimer, pour faire son boulot à sa place. Linda est à peine consciente que le directeur de la salle de sport, Ted Treffon, est fou d’elle, même si elle rencontre d’autres hommes via Internet.
Lorsqu’un cd contenant des informations destinées au livre de Cox tombe accidentellement entre les mains de Linda et Chad, tous deux décident de tirer parti de cette aubaine. Alors que Ted se fait du souci, persuadé que «rien de bon ne sortira de tout ça», les événements se précipitent et échappent bientôt à tout contrôle, occasionnant une série de rencontres aussi dangereuses qu’hilarantes...


***

Notes de production
Burn after reading, le nouveau film des frères Coen, est un thriller décalé qui navigue entre comédie loufoque et humour noir, entre satire et farce.

Fitness contre Cia
Pour les frères Coen, le fait que Burn after reading fasse suite à No country for old men relève davantage d’une question de planning que d’une volonté délibérée d’orienter leurs histoires dans une certaine direction. Joel Coen explique : « Nous avons écrit le script de Burn after reading à peu près au moment où nous étions en train de travailler sur l’adaptation de No country for old men. »
Ethan Coen précise : « L’idée de ce film est partie de notre envie d’écrire des rôles différents pour des acteurs et actrices que nous connaissions bien. Nous pensions que ce serait amusant de confronter George Clooney, Richard Jenkins, Frances McDormand et Brad Pitt. Nous avions déjà travaillé avec eux tous, sauf avec Brad, et nous avons imaginé un mélange de personnages et une histoire à l’intérieur de laquelle il serait intéressant de voir évoluer ces acteurs. »
Joel Coen note : « Nous avons travaillé avec George et Richard deux fois, et au moins quatre avec Fran, et ils font partie des acteurs qui nous inspirent. Ils nous donnent envie d’écrire des rôles spécialement pour eux. Nous n’avions pas non plus travaillé avec John Malkovich, mais cela faisait longtemps que nous en avions envie. Nous avons écrit son rôle exprès pour lui, et ça a été jubilatoire !
»
Les deux frères expliquent : « Les personnages de Burn after reading sont des andouilles, mais des andouilles sympas. Nous avons demandé à nos acteurs de réveiller l’andouille qui sommeillait en eux... »
Joel Coen précise : « Ce film parle de gens entre deux âges qui traversent tous une crise professionnelle, personnelle et sexuelle en rapport avec des questions de sécurité nationale. Du coup, cette histoire se déroule forcément à Washington. L’intrigue concerne la Central Intelligence Agency et le monde du fitness, et elle raconte ce qui se produit lorsque ces deux univers se croisent puis se heurtent de front. On y trouve aussi certaines choses à propos des rencontres sur Internet... »
Ethan Coen observe : « S’il faut donner à ce film une étiquette, on peut dire que c’est une comédie. Nous en avons déjà fait plusieurs. Mais l’univers de Washington, des espions et des intrigues... tout ça, c’est nouveau pour nous. »
Joel Coen révèle : « Il y a bien longtemps, nous avons réalisé notre propre adaptation en Super 8 du livre d’Allen Drury Advise and Consent (qui a été porté à l’écran par Otto Preminger sous le titre Tempête à Washington). Ç’a été la dernière fois que nous avons tenté une exploration des arcanes de l’espionnage et de la politique... »
Ethan Coen précise : « Comme dans Advise and Consent, Burn after reading est une intrigue où le personnel et le politique sont imbriqués, avec une pointe de mélodrame. On pourrait aussi dire que Burn after reading est notre version d’un film à la manière de Tony Scott, sans les explosions ! »
Joel Coen commente : « C’est un peu notre Sept jours en mai à nous... »


***

Les acteurs
George Clooney, qui a été l’interprète ou le réalisateur de plusieurs films à thème politique, explique : « Malgré le contexte de Washington, ce film est d’abord l’histoire de gens remarquablement bêtes qui font des choses stupides impliquant, entre autres, le sexe. Mais ce qui rend les choses bien plus intéressantes, c’est qu’il ne s’agit pas de politiciens. Dès que les frères Coen m’ont contacté, j’ai su que j’allais faire ce film. Peut-on rêver mieux ? C’est un film des frères Coen ! Ils vous offrent des rôles dont personne ne vous pense capable en tant qu’acteur et dans lesquels personne ne vous attend. Par la suite, ils m’ont dit qu’ils avaient écrit le rôle d’Harry Pfarrer exprès pour moi. Je dois bien avouer que là, ça m’inquiète un peu... »
Ethan Coen commente : « Nous écrivons à George des personnages qui vieillissent avec lui. Ce qui ne veut pas dire qu’ils grandissent en sagesse... »
George Clooney remarque : « Harry n’est pas si différent des autres crétins que j’ai interprétés dans mes précédents films avec les Coen. On retrouve cette même amertume, cette imbécillité. Mais il y a chez lui un côté méchant, brutal, qui n’existait pas, disons chez Everett dans O’brother. Ce scénario m’a fait hurler de rire quand je l’ai lu. C’est tellement idiot que c’en est irrésistible ! Je me suis laissé pousser la barbe avec laquelle ils voyaient le personnage, et je me suis pointé sur le plateau... Et là, j’ai eu la chance de travailler avec Frances. »
Frances McDormand se souvient en souriant : « Dans la première scène où apparaissait mon personnage, la description disait : Gros plan sur les fesses d’une femme. Pâles. Nues. D’âge moyen. Je me suis demandé si j’allais poursuivre ma lecture... Devais-je vraiment envisager sérieusement de faire ce film ? ».
Ethan Coen révèle : « C’est très amusant d’écrire pour Frances, parce que nous savons qu’elle sera excellente dans le rôle qu’on lui destine. Par contre, c’est moins drôle de lui montrer le scénario terminé, parce qu’elle vous crie dessus ! Vous avez passé des mois à écrire ce script, et elle vous dit : C’est ça que tu me proposes ?. Heureusement, jusqu’à présent, nous avons tous réussi à dépasser cette phase ! »


Frances McDormand confie : « Je travaille avec Joel et Ethan depuis plus de 25 ans. Leur premier film, Sang pour sang, a été mon premier film à moi aussi. J’ignore pourquoi ils me font faire des trucs pareils, mais ce que je sais, c’est que ça en vaut toujours la peine ! »
Brad Pitt attendait depuis longtemps de jouer dans un film des frères Coen. Enfin, la proposition tant espérée est arrivée... Il raconte : « Je ne m’attendais pas à ce que mon personnage soit un abruti au crâne vide, mâchouilleur de chewing-gum, buveur de Gatorade et accro à l’iPod. C’est un idiot total... mais il a bon coeur. Je considère donc ce rôle comme un tremplin pour ma carrière ! »
George Clooney balaie la dernière remarque de son partenaire et ami de longue date et affirme : « Brad va voler la vedette à tout le monde dans ce film ! »
Joel Coen commente : « Petit à petit, Brad s’est pris au jeu. Il a adoré jouer ce crétin, exactement comme George a adoré ça. Ils sont tous les deux très drôles. » Frances McDormand se souvient : « Dans nos scènes, Brad faisait des trucs tellement marrants que j’avais beaucoup de mal à ne pas éclater de rire ! »
Tout comme Brad Pitt, John Malkovich espérait depuis des années faire un film avec les Coen. « Lorsqu’ils m’ont appelé et m’ont dit qu’ils avaient écrit un rôle pour moi, j’étais ravi. Toute l’histoire tourne autour du désir des personnages de changer et de leur quête pour y parvenir. Osborne Cox est un homme sarcastique et un poivrot fini. Quand il est renvoyé, cela le met dans tous ses états, et il commence à écrire - très mal - ses mémoires. »
Tilda Swinton incarne Katie, l’épouse de Cox. Elle déclare : « J’ai des répliques formidables, comme Arrêtez ces idioties ! . Katie a l’impression d’être entourée par des andouilles incompétentes, elle est en colère après tout et tout le monde. Elle est déçue par son mari, déçue par la vie. »
Ted Treffon, le personnage de Richard Jenkins, est presque aussi déçu que Katie. L’acteur explique : « Je le trouve émouvant. Le pauvre est désespérément amoureux de Linda, mais elle le voit comme un ami... J’avais fait déjà deux films avec Frances, mais nous n’avions malheureusement jamais eu de scène ensemble. Enfin, j’ai pu travailler avec elle, et elle est aussi géniale que ce que je pensais ! »


***

Fiche technique
Réalisateurs : Joel Coen et Ethan Coen
Scénaristes : Joel Coen et Ethan Coen
Directeur de la photographie : Emmanuel Lubezki, Asc, A.M.C.
Chef monteur : Roderick Jaynes
Chef décorateur : Jess Gonchor
Chef costumière : Mary Zophres
Compositeur : Carter Burwell
Distribution des rôles : Ellen Chenoweth
Supervision du script : Thomas Johnston
Ingénieur du son : Peter Kurland
Cadreur caméra A/Steadicam : George Richmond
Coordinatrice de postproduction : Catherine Farrell
Directeur artistique : David Swayze
Coordination département décoration : Leann Murphy
Chef accessoiriste : Diana Burton
Chef éclairagiste : Bill O’Leary
Chef électricien : Joe Grimaldi
Chef machiniste : Richard Guinness, JR.
Assistante création des costumes : Amy Roth
Chef maquilleuse : Jean A. Black
Chef coiffeuse : Lyn Quiyou
Monteur musique : Todd Kasow
Monteur dialogues : Byron Wilson
Ingénieurs du son mixage : Skip Lievsay, Craig Berkey et Greg Orloff
Coordinateur effets spéciaux : Steve Kirshoff
Producteurs : Joel Coen et Ethan Coen
Producteurs exécutifs : Tim Bevan et Eric Fellner
Producteur exécutif : Robert Graf
Producteur associé : David Diliberto
Administrateurs de production : Neri Kyle Tannenbaum et Robert Graf
Coordinatrice de production : Kimberly N. Haden
Régisseuse d’extérieurs : Lauri Pitkus

***

undefined
présentation réalisée avec l’aimable autorisation de

remerciements à Rania Tadjine
logos, textes & photos © www.studiocanal-distribution.com

Publié dans PRÉSENTATIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article